Borderline(s) – maquette

BORDERLINE(S) – titre provisoire

présentation de maquette à la Maison des Métallos

le 13 Mars à 15h et à 19h

Eric Rondepierre
copyright: Eric Rondepierre

Ecriture de Plateau

Mise en scène :  Selin Altıparmak et Thérésa Berger

Avec : Selin Altıparmak / Thérésa Berger / François-Xavier Borrel

Regard Extérieur: Claire Chastel

Lumière : Maxime Denis

Son : Guillaume Bonneau

Scénographie Anne Lezervant


Abysse.

Une déesse qui s’interroge sur son existence.

Les 7 jours de sa création comme 7 inventions de mythes hystériques.

Femmes pécheresses considérées comme symboles de monstruosité,

femmes contrôlées et chassées de la société.

Corps mis en représentation qui s’expriment avec violence.

Figures majeures de l’histoire médicale et psychanalytique.

Paroles fictives et réelles.

Mythe et réalité.

Abus.


Dans une interview de l’émission « Les nouveaux chemins de la connaissance » de France Culture, Georges Didi-Huberman qualifie les expériences de Charcot sur les femmes internées à la Salpêtrière de «borderline scientifique ». Qu’est ce qui légitime cette fascination morbide et ambiguïté malsaine du corps médical sur les patiente? Les origines et l’évolution du mot hystérie nous mènent dans des méandres imprégnées de différents mythes autour de “la” femme… Borderline(s) se saisit de cette notion à travers de l’imaginaire collectif pour mieux comprendre les processus de déformation de réalité et de manipulation qui en découlent ?


Production : La Cie S’en Revient

Soutiens : Les Lilas en scène, La Maison des Métallos, Cap Etoile, Le lieu, Théâtre de la Tempête.

Diffusion en cours.


Réservation & Renseignements

Contact: 0630879341

lacompagniesenrevient@gmail.com

Publicités

La Loba

Création 2017

(du 24 Octobre au 2 Novembre à La Reine Blanche, Scène des Arts et des Sciences)

Cliquez sur le lien suivant pour découvrir l’avis d’Edith Rappoport le spectacle:

La Loba par Edith Rappoport

Kurtkadinlar02_0

« La Loba, la ramasseuse d’os, chante et la créature étendue au sol se met à respirer. La Loba chante toujours, un chant si profond que le sol se met à trembler et pendant qu’elle chante la bête ouvre les yeux, bondit sur ses pattes et détale dans les ruelles…Quelque part durant sa course, elle se transforme soudain en une femme qui court avec de grands éclats de rire vers l’horizon, libre. »

d’après Femmes qui courent avec les loups de Clarissa-Pinkola Estes

 

 

 

 

WordPress.com.

Retour en haut ↑